Image 1
élevages, la méthode
Volailles de la Drôme

La filière avicole drômoise


La Drôme est le berceau d’origine de la pintade en France, devenue par la suite Pintadeau de la Drôme. La richesse agricole de ce département est caractérisée par sa multitude et sa diversité en produits du terroir parmi lesquels le pintadeau figure en premier lieu.
La filière avicole en Drôme permet d’ouvrir des débouchés pour les éleveurs avec la multiplication de produits festifs et des niches commerciales.
En effet, dès les années 70, environ 70 000 pintadeaux sont commercialisés chaque semaine et plus d’une centaine d’exploitations drômoises en tirent leur revenu.

Le département reste, aujourd’hui, le leader de l’aviculture régionale représentant 50% de la production. Au sein de l’aviculture départementale, les pintadeaux pèsent pour 20% de la production label du département. Par ailleurs, la Drôme produit plus de 80% de la production de volailles avec du poulet standard, certifié, label et bio, du pintadeau, des dindes, des chapons et des cailles.
Aujourd’hui, on dénombre 25 éleveurs qui s’occupent avec passion des Pintadeaux de la Drôme ainsi que deux ateliers d’abattage et de découpe pour une production totale excédant les 250 000 pintadeaux périodicité par an . Il y a plus d’une trentaine de bâtiments d’élevage puisque les producteurs s’occupent souvent de deux établissements et cultivent en parallèle des céréales, principale nourriture de leurs volailles.

 

En 25 ans, la production de Pintadeaux de la Drôme est passée d’une production saisonnière d’été avec une consommation en hiver à une production et une consommation répartie harmonieusement sur toute l’année.

La Drôme : le plaisir des sens

Ce département est un lieu atypique, riche de nombreux trésors gastronomiques, dans lequel les maîtres cuisiniers ne peuvent qu’être subjugués.

Les éleveurs et leur engagement

Les éleveurs, tous membres de la coopérative agricole drômoise Valsoleil, sont bien évidemment reconnus par le Ministère de l’Agriculture.
« La passion de la qualité » est le leitmotiv de l’ensemble des éleveurs de volailles drômoises. Leur travail, mêle bienveillance et rigueur vis-à-vis de la santé de leurs pintadeaux et du respect strict du cahier des charges. Les contraintes inhérentes à la filière avicole ne sont pas subies par les éleveurs ; la proximité, le soin et la passion sont trois mots d’ordre que nos éleveurs ont acquis naturellement.

Comme le dit Serge Faure, président des éleveurs Valsoleil, ce « produit cyclique » demande « une production plus technique car le volatile est fragile, il a besoin de chaleur ». La surveillance permanente reste ainsi fondamentale pour le bien être des Pintadeaux de la Drôme.

Les méthodes de production


Les deux sigles officiels de qualité qu’a obtenu le Pintadeau de la Drôme mettent en œuvre des contrôles réguliers ajoutés à ceux de l’organisme certificateur indépendant. Le respect du cahier des charges strict et une traçabilité précise du produit sont des points clés que chaque professionnel de la filière avicole drômoise suit scrupuleusement.

Un environnement naturel et codifié
Un climat très ensoleillé et relativement venté avec des sols filtrant l’eau ; voici ce qu’offrent les terres drômoises à nos pintadeaux. Ils retrouvent ainsi les richesses de l’Afrique, d’où est puisée leur première origine.
Le lien au terroir se reflète foncièrement dans les modes de production des Pintadeaux de la Drôme. Pour cela, une redéfinition de l’Aire d’Appellation d’Origine, un travail sur la sélection de la souche, des innovations dans l’alimentation du pintadeau ainsi que la modification des volières et parcours ont été apportés pour assurer un maximum de confort aux produits.

Les lots sont limités à 5 000 oiseaux avec des parcours plein-airsous forme de volières. Le mode d’élevage des Pintadeaux de la Drôme se veut être très proche de ses habitudes naturelles afin de respecter au mieux l’intégrité de l’animal et sa vie proche de celle du gibier. Son élevage en liberté, débutant dès la 5ème semaine, convient ainsi parfaitement à la nature du pintadeau.
Un mode de production singulier, dans l’aire géographique délimitée, doit être suivi pour obtenir de véritables Pintadeaux de la Drôme :
Une utilisation de souches à croissance lente, fruit d’un croisement de souches différentes qui doivent toutes avoir un phénotype commun, des qualités organoleptiques et une origine drômoise avérées ;
Un accès libre à une volière la journée, permis dès la 5ème semaine,
Une alimentation 100% végétale avec des vitamines et minéraux avec une finition aux pépins de raisins dès la 10ème semaine ;
Un âge d’abattage différent, c’est-à-dire, débutant qu’à partir du 87ème jour et pouvant s’étendre jusqu’au 100ème jour ;
Des volailles non désailées ainsi qu’un tri sélectif des carcasses à l’abattoir.

Une orientation vers le développement durable facilitant la traçabilité
Une traçabilité simplifiée est réalisée par des contrôles de cohérence pour plus de précaution et une garantie maximale. Chaque lot de pintadeaux fait l’objet d’enregistrements documentaires allant de la déclaration de mise en place par le couvoir à celle des étiquettes utilisées pour les pintadeaux après abattage (et celle des pintadeaux déclassés).